Sans_titreC'est mon chou-chou du moment, je lui voue un véritable culte depuis que je l'ai rencontré l'année dernière alors que je préparais un article sur son expo à la galerie des Filles du Calvaire: MARTIN SASTRE, petit génie de l'art vidéo délirant.

J'adore quand il se pose en grand masturbateur de Britney à grand coup de coton-tige géant ou encore quand il se bat en duel contre la "méga star" de l'art contemporain Matthew Barney (feu Monsieur Björk) sous fond de manga: tout simplement jouissif!

Le message un peu plus sérieux, parce qu'il en faut un tout de même, est qu'un artiste latino doit lutter deux fois plus pour se faire une place dans le marché de l'art contemporain occidental. diana

Lui se défend pas mal mais ce n'est pas le cas de tous. C'est pourquoi il a créé la fondation pour les "artistes latino américains super pauvres". Ca parait drôle comme ça mais très sérieux : il nous propose de parrainer un artiste latino américain super pauvre donc, comme on parraine les enfants du tiers monde, afin de lui donner la possibilité de vivre de son art et pourquoi pas d'exposer hors de ses frontières.

Pour la petite bio, MARTIN SASTRE est un uruguayen qui a grandi "ligoté" toute sa vie à un fauteuil devant la télé, archi-nourri de séries américaines, pubs, logos, jeux vidéo. Je m'y retrouve pas mal, c'est peut-être pour ça que je l'adOOre